Marine SAINT PERSAN

La revue LEGEN de la petite édition,
mise en abîme des désirs littéraires…


La petite édition est une ligne éditoriale associative qui regroupe des auteurs associés.
La revue « LEGEN », ouverte depuis janvier 2017, sur le site de la petite édition, regorge du bonheur de lire et d'écrire. Un désir qui date de la préhistoire, où déjà, l’homme exprimait son émotion à la découverte et l’observation de son environnement, guidé par son instinct de curiosité.
En guise de signature, il alignait ses mains enduites d’ocres et de siennes brûlées pour laisser sa trace...
Les auteurs Marseillais que présente la petite édition, tous différents, sont toujours animés de la même curiosité et offrent une palette de talents littéraires et de styles, divers et variés.
Et quand, les lecteurs se mettent à écrire pour décrire les livres qu'ils ont aimés lire, ce n’est pas étonnant que la jeune revue batte des records de visite et engendre une fièvre d'écrire et de lire, irrésistible, mise en abîme par la petite édition !


Marseille, le 5 mars 2017, Marine Saint Persan

Retour Index

Petite biographie de Guy Stary
OU
Profession de foi en hommage à Richard Martin

J’ai passé une grande partie de ma vie incarcéré. Il a fallu qu’un jour, un illustre inconnu pour moi, Monsieur Richard Martin, entame une grève de la faim pour sauver son théâtre, le théâtre Toursky.
Ayant la possibilité de lire la presse, j’ai appris que ce théâtre était menacé par le manque des subventions nécessaires à sa vie… J’étais bouleversé.   
Quelqu’un pouvait mettre sa vie et sa santé en danger pour partager avec des inconnus, son art. Et moi, j’avais mis la mienne pour prendre ! Qui était donc cet homme admirable ?
Je n’avais jamais écrit auparavant. Cette nouvelle fit sur moi, l’effet d’une bombe. J’ai aussitôt pensé qu’un paradoxe intéressant nous rapprochait, lui, dans sa nacelle, suspendu  au fronton de son théâtre, et moi, dans ma cellule.
Le premier poème que j’écrivis, fut pour soutenir son combat. Un poème appelé « Mélodrame nacelle » au sous-titre « L’Affiche de chair ». Je lui ai envoyé.
Cet acte a changé toute ma vie… Et c’est depuis que j’écris.

Marseille, le 4 avril 2017, Guy STARY